Skip to content

Pochtronus Mustelidus Blaireaunacé

7 octobre 2014

Lors d’une des mes premières aventures et poussé par mon instinct nicolahulien, Je fis la découverte invraisemblable d’une espèce en voie de régression permanente il s’agit du sus-nommé Pochtronus Mustelidus Blaireaunacé appelé aussi plus couramment Pochtronacé.

DESCRIPTION

Le Pochtronacé fait partie de la famille des Belunacés,  son apparence proche du blaireau témoigne de son caractère, en effet le Pochtronacé dispose d’une intelligence animale proche de celle de la motte de beurre ou du lampadaire.
Avec ses deux pattes arrières plus courtes que celles de devant, il n’a aucun moyen de fuir tout prédateur.
Sa taille atteint généralement 40 cm de long mais certains spécimens de 45 mètres vont être découvert en 2068.

ALIMENTATION

Son mode de vie est très simple boire,dormir,manger,re-boire et re-re-boire.
Il attend généralement la tombée de la nuit pour sortir de son terrier évitant ainsi les moqueries des autres espèces.
Animal mal-aimé, il a pour habitude de festoyer seul. S’il est dérangé pendant son repas liquide, le Pochtronacé peut être pris de violentes convulsions et mourir dans sa propre urine.

REPRODUCTION ET MODE DE VIE

Le Pochtronacé est totalement dépourvu d’un quelconque organe génital, de fait la survie de l’espèce ne peut être assuré.
De re-fait, il n’existe pas de Pochtronacé mâle ou femelle.
En périodes hivernales, certains individus sont capables de quasiment stopper leur pouls et entrer dans un état de presque-mort leur évitant de sortir, manger et boire pendant toute la saison. Mais il y a malheureusement certains ratés, des Pochtronacés qui se sont surestimés et ont totalement arrêté leur cœur, ces individus sont moqués au sein de l’espèce de générations en générations.

MENACES

Bien que tout être vivant représente une menace potentielle pour le Pochtronus Mustelidus Blaireaunacé, son principal prédateur est le terrible Wikycoca (musique angoissante).
Le Pochtronacé est d’ailleurs doté de glandes rectale et salivaire qui lui permettent de régurgiter à l’approche d’une meute de Wikycocas (musique angoissante). Il vomi en effet une substance qui lui est propre et qui empêche les Wikycocas de l’approcher,cependant l’effet secondaire de ce moyen d’autodéfense est une sorte de coma profond duquel il a 1 chance sur 326 de ne pas sortir.

Pour conclure, cet animal représente un mystère scientifique à part entière, car sa population est en nette augmentation ces dernières années…

Mon conseil :  A déguster cuit à la broche, c’est meilleur que cru

Publicités
Laisser un commentaire

Bafouiller quelque chose ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :